Posts Tagged 'pluie'

Bruges de nuit

Petit week-end à Bruges, ville ayant conservé son look médiéval. Ville aux airs de carte postale. «Un exemple exceptionnel d’habitat médiéval ayant bien conservé son tissu urbain historique tel qu’il a évolué avec les siècles et où le bâti gothique d’origine fait partie de l’identité de la ville», selon  ce qu’on peut lire sur le site de l’UNESCO. L’organisme a inscrit la ville sur sa Liste du Patrimoine mondial qui comprend, au moment d’écrire ces lignes, 911 endroits à travers le monde.

En plus de ce titre prestigieux, celle que l’on surnomme La Venise du Nord réserve mille et un attraits à ceux qui la visitent. Certains plus touristiques – économiquement parlant  et- d’autres, mes favoris, juste beaux.

On peut entre autres dire que l’industrie de la calèche se porte très bien dans la ville:

Je crois qu'au cours du week-end, j'ai vu plus de calèches que de voitures en marche...

Tout comme le commerce de la frite, de la dentelle et de la gaufre:

Le commerce de la bière et du chocolat aussi. La bière, je l’ai bue plutôt que de la photographier. Parce que si une image vaut 1000 mots, le goût de la bière belge vaut, quant à lui, 1000 images. Et perdue dans le plaisir de savourer mes bières, je n’ai pas pris 1000 photos.

Je me reprends donc sur le chocolat. Il y en a de toutes les sortes et pour tous les goûts. Des figurines de Noël, des truffes, des petits carrés/ronds/losanges/rectangles fourrés à plein de trucs – de l’avocat au champagne en passant par le nougat -, des asperges pour ceux qui trouvent qu’ils ne mangent pas assez de légumes…

… ou encore des seins, cadeau idéal à offrir aux papas (c’est, comme vous pouvez voir, ce sur quoi ils basent leur marketing).

Bruges, offre aussi de jolies promenades.

Près des moulins…

…en ville…

…toujours en compagnie d’amis touristes et de l’amie pluie.

L’amie pluie, je me doutais un peu qu’elle nous accompagnerait tout au long du week-end. Déjà pendant le voyage en train, le paysage laissait présager une humidité certaine:

M. Paul: Pauvres chevaux! Ils pataugent dans un pré qui a l’air d’un marécage. Sont tout trempés!

Karine: Ben non! On est en Belgique. Tu me l’as dit toi-même: il pleut tout le temps, alors ils sont habitués. T’as pas vu? Ils ont tous leurs petits savons et ils en profitent pour se doucher.

Quand il est question de tourisme et de voyages, on sauve le jeu comme on peut…

Et puis après tout, je les connais ces villes-là. Le jour, elles laissent leurs touristes se bousculer pour les regarder et les bombarder de photos. Elles font simplement les belles, tout en prenant soin de cracher une petite pluie sur la tête des gens pour s’amuser. Coquines.

On ne peut pas vraiment leur en vouloir: vu de haut, c’est vrai que ce doit être rigolo de voir tous ces parapluies de touristes s’entrechoquer. C’est ce qu’on appelle de l’extreme umbrelling. Un sport qui nécessite une bonne dose de technique, de force, de stratégie et, parfois, un peu de mauvaise foi.

Mais au risque de me répéter, je connais ces villes-là. C’est pour cette raison que samedi, vers 15h, les pieds bien mouillés dans mes chaussures inondées, j’ai déclaré à M. Paul que je rentrais à l’hôtel me sécher. Mon but caché: être reposée et me faire sécher les orteils pour la soirée.

Parce que c’est la nuit que les villes comme Bruges déploient leurs plus beaux charmes. Quand tous les touristes sont rentrés, épuisés par les durs combats de la journée, Bruges dénoue ses cheveux, revêt sa robe médiévale brumeuse et se pare de ses merveilleux bijoux lumineux. La voilà prête à se laisser admirer et immortaliser.

Constatez par vous-même, voir Bruges de jour ou de nuit, c’est vraiment le jour et la nuit:

On a eu droit à un shooting (presque) privé:

P.S. Je suis là à dire que «Je connais ces villes-là» et suis très heureuse d’avoir vu juste. Mais je dois avouer qu’avant de lire les nouvelles, j’étais loin de me douter qu’au fond, nous avons vraiment été chanceux de pouvoir prendre ces belles photos en marchant dans une Bruges toute douce et calme, samedi soir. Parce que certaines villes de Belgique ont reçu tellement de pluie cette même nuit, qu’il y a eu deux morts ! 😦

Publicités

Todo sobre el mar (Tout sur la mer), version originale normande

Mon premier week-end d’octobre s’est étendu sur 4 jours. Non ce n’est pas un autre jour férié français qui se trouve à l’origine de cette extension. C’est vrai qu’ils en ont tout de même une dizaine de plus que nous au Québec… mais ces derniers presque tous concentrés dans le mois de mai. L’automne, les préposés à la saine répartition des jours fériés ont choisi de laisser un nombre de jours de travail consécutifs (presqu’)assez consistant. Pourquoi? Pour permettre aux travailleurs de prendre au moins quelques-unes des journées de repos qui leur restent des cinq semaines de vacances annuelles auxquelles ils ont droit ou de leurs (en moyenne) 10 jours de RTT… évidemment !

Ce qui me fait d’ailleurs penser à une (autre) différence que j’ai noté entre le «Français de France» et le «Français du Québec»: alors qu’au Québec, on prend congé, en France, ils placent un congé. Alors que les uns semblent avoir peur d’en manquer en prenant, les autres se débarrassent des leurs en les plaçant…

Mais avec toutes ces histoires de vacances (ah! les vacances, la plage, le soleil…!), je m’éloigne totalement de mon sujet. Sujet que vous ne connaissez d’ailleurs pas encore. Je pourrais donc décider dès maintenant de vous faire changer de route… De vous emmener à une toute autre place que celle prévue lors de la rédaction de mon premier mot et vous ne le sauriez même pas. Ce qui n’a, par conséquent, aucun intérêt. Vaut mieux rester accrochée à mon idée de base.

Je vous parlais donc d’un week-end de 4 jours devenu réalité non pas grâce à un férié, un congé annuel ou un RTT, mais plutôt parce que, ayant bossé tout le week-end précédent pour une opération sur le Championnat d’Europe de concours complet de Fontainebleau, je devais – et j’avais bien besoin de -poser des journées pour reprendre les heures travaillées le samedi et le dimanche.

Où suis-je allée me reposer, selon vous? Je vous le donne dans le mille: dans mon petit B&B adoré !

Je ne l’écrirai pas trop fort parce que je sais que mes amis Québécois en ont un peu marre de la flotte (avec jeux de mot aussi poche qu’un pétard mouillé en prime…), mais, j’espérais silencieusement enfin pouvoir sentir la mythique pluie normande sur mes joues au cours de ce voyage… C’est l’automne, après tout.

Mais mon voeu ne fut pas exaucé. Les chapelets sur les cordes-à-linge doivent probablement être encore efficaces… Parce que mis à part la mer et les bouteilles de Badoit, la seule forme d’eau que j’ai pu voir se résume à quelques gouttelettes au retour, à hauteur de Pont-Lévêque. Sans plus. Je ne suis même pas sûre à 100% que cette bruine n’était pas un mirage occasionné par une exposition prolongée à la sécheresse… Peut-être nos petits-enfants visiteront-ils le désert de Normandie dans quelques années, qui sait ?

Cela dit, je n’ai peut-être pas vu de pluie… mais j’ai très bien vu la mer et plusieurs de ses délicieux fruits au Festival Tout sur la mer de Granville. Un tout petit festival, débordant de grandes saveurs!

Sans compter qu’en m’y promenant, je suis tombée face à face avec un fantasme de jeunesse! Enfin… Vous savez, les filles, ces petits livres Harlequin pour ados, que nous avons toutes lus pendant une période courte, mais intense de notre adolescence. Ceux issus de la version 1988 de la collection Coeur Grenadine d’aujourd’hui. Il y avait souvent une histoire d’amour de vacances à Key West ou Cape Cod mettant en vedette une jeune zurbaine en vacances au chalet familial et un jeune pêcheur de la côte ténébreux, un peu sauvage et DOOOONNNNTTT fin, pis beau, pis attentionné, pis toute pis toute. Il sentait même pas le poisson après ses journées de travail!

Eh bien, j’ai vu le papa de l’un d’entre eux! C’est un Normand qui pratique la pêche sportive et qui se trouvait sur place pour parler de sa passion. DOOOONNNNTTT fin, pis beau, pis attentionné, pis toute pis toute. J’ai jasé un peu avec lui, le temps qu’il m’explique ses histoires de pêche. J’étais sur le point de lui demander s’il avait un fils, mais j’ai plutôt largué les amarres. Parce que je voyais quelqu’un taper du pied en m’attendant au loin et puis je me suis dit que de toute façon, ces histoires-là, ça finit toujours sur une note tristounette du genre « ils passèrent un bel été et vécurent ensuite leur vie chacun de leur côté. »  🙂

Les nombreuses dégustations de produits de la mer et de vins du terroir ont tôt fait de me consoler! Miam miam! Puis à la toute fin du parcours se trouvait la tente des produits «bruts»! C’est ici que j’ai sorti mon appareil photo…

granville_mer

Tout plein de poisson frais... avec parfois des tronches rigolottes 🙂

Des petites coquilles aux mille et une surprises...

Bulots et amandes, des petites coquilles aux mille et une surprises...

J'avoue que celle-ci, j'ai un p'tit pincement quand je la vois...

J'avoue que celle-ci, j'ai un p'tit pincement quand je la vois... Mais M. Paul m'a dit que «ça fait partie de la vie»... C'est comme les casques de poil que les gens abandonnent sur les bords d'autoroute...

Il m’eut plu qu’il eût moins plu…

On est arrivés à Prague hier en même temps qu’une autre grande voyageuse qui semble suivre sensiblement le même itinéraire que nous depuis quelques mois: la pluie.

Et si sa force est proportionnelle à son amour pour les villes qu’elle visite, je crois qu’elle aime vraiment beaucoup Prague. Une passion sans précédent qu’elle arrive parfois à «maîtriser», mais qui est ponctuée de débordements émotifs comme celui de 1342 qui mit la Vltava en crue. Une crue dont la violence détruisit le pont Judith, l’ancêtre du célèbre Pont Charles. Ou celui d’août 2002 qui inonda plusieurs quartiers dont Malà Strana l’un des quartiers les plus chargés d’histoire à Prague.

Bref, la pluie a fait une surprise à sa ville chérie hier encore, et à M. Paul et moi, par la force des choses. Une belle surprise bien intense. Nous étions dans un coin pas mal touristique de la ville et on s’est d’abord réfugié dans un café où nos deux allongés ont coûté sensiblement le même prix que notre repas du midi à la Piazzetta, qui comprenait soupe, pizza, jus, bière et vin.

Nous nous sommes donc contentés d’un seul café chacun, malgré le refus de la pluie d’abdiquer, et nous sommes entrés dans une petite église bien cachée dans une cour intérieure, à quelques portes. Notre-Dame de Tin. Une belle église. On a pris le temps de lire, grosso modo son histoire, de faire le tour tranquillement, mais à l’envers… ce qui m’a intriguée… je ne comprends d’ailleurs toujours pas. Jésus s’est fait crucifié avant même d’être arrêté dans le sens où on nous fait faire le tour des tableaux illustrant le chemin de croix.

Nous avons aussi pris le temps de bien examiner chacun des vitraux… qui doivent être magnifiques lorsque le soleil les traverse de ses rayons! Puis nous sommes revenus à l’entrée. Peu de gens visitaient  l’église, la plupart se trouvant probablement à l’abri dans des cafés. Parce que la pluie ne lâchait pas le morceau.

Nous avons décidé d’attendre qu’elle diminue un peu pour courir de ce point A à un éventuel point B dont la principale caractéristique recherchée était un «toit». Mais après à peine 3 minutes d’attente, M. le curé est venu nous demander de sortir, faisant un «wouch wouch» des mains. Il a dû comprendre rapidement qu’il n’aurait pour seule réponse deux paires d’yeux intriguées s’il nous demandait «Je vous prierais de bien vouloir sortir, SVP» en tchèque…

J’aurais compris – et en fait nous serions probablement déjà sortis – si l’affluence avait été importante et si, par exemple, nous avions gêné l’entrée. Mais nous étions simplement là, à attendre sans faire de bruit, aux limites du perron de l’église. Tout petits et tout trempés.

Nous sommes quand même sortis affronter le déluge, mais à ce moment précis, j’aurais bien aimé savoir dire «Et la «charité chrétienne»?» en tchèque… Juste pour voir…

Mais mon tchèque n’est pas au point. Nous sommes donc allés noyer notre peine dans un bar. Pendant que la pluie continuait de noyer la ville.

«Il a tant plu qu’on ne sait plus dans quel pays il a le plus plu, mais il m’eut plu qu’il eût moins plu», répétait-on dans mes cours de diction. Avis à mes ex-copains du cours: c’est en Répubique Tchèque, plus précisément à Prague qu’il a le plus plu, je pense…

P.S. Au fait… ce texte ne se veut aucunement une prise de position. Enfin. Une prise de position météorologique, peut-être… mais pas religieuse, ça c’est sûr! 😉

Tranche(s) de vie basque(s)

Ces tranches de vie ont été écrites le week-end dernier…

 

Ce jeudi, on s’est levés à 4h15. Destination: Charles-de-Gaulle, puis Biarritz, puis Saint-Jean-Pied-de-Port (SJPP). Petit week-end basque en perspective avec bonne bouffe, bonne bière, bons vins, belles hikes à SJPP et beaucoup de repos. C’est moche à Paris, c’est la flotte. Nous nous envolons le coeur plein d’espoir: le sud du pays a certainement mieux à nous offrir… Non?

 

Non. Il pleut encore plus à Biarritz (oui, c’est possible). Le plan était de se rendre à SJPP en train, mais on se sent terriblement attirés vers les comptoirs de location de voiture. Après quelques minutes de magasinage, on repart, les clefs d’une Smart en mains, prêts à parcourir des kilomètres à la recherche du soleil ou, à tout le moins, de la Pension E. Bernat de SJPP.

 

(Petite parenthèse ici. Dans les gares et les aéroports, je trouve ça toujours drôle de négocier le prix d’une voiture de location. Leurs comptoirs sont collés collés collés, comme des sardines en conserve. Aussi, quand on demande un prix au premier, on a l’impression que le 2e prend des notes pour arriver 5 dollars moins cher… et ainsi de suite.)

Grâce à cette location, M. Paul sait maintenant qu'il n'achètera jamais de Smart. Il trouvera d'autres alternatives «vertes». Vous constaterez aussi que la compagnie de location affiche subtilement le fait que cette voiture consomme 112g (deux barres Mars selon M. Paul) de CO2 par km.

Grâce à cette location, M. Paul sait maintenant qu'il n'achètera jamais de Smart. Il trouvera d'autres alternatives «vertes». Vous constaterez aussi que la compagnie de location affiche subtilement le fait que cette voiture consomme 112g (deux barres Mars selon M. Paul) de CO2 par km.

Quelques kilomètres plus tard, on arrive à SJPP. Première impression partagée? «C’est pas mal plus touristique que je pensais!». Effectivement. Tremblant. Ou plutôt St-Jovite et sa rue principale où tout se passe. Avec toutefois en prime, une belle citadelle, un pont Romain très chouette, plein de Kukuxumusu dans les boutiques et des gâteaux basques.

Moins soutenue, la pluie continue tout de même à se manifester par spasmes d’ondées. Des gros spasmes. Les journaux du coin rapportent un mercredi noir où orages, pluie démentielle et grêle se sont relayés. Ce que confirme la propriétaire de notre pension. Des clients ont eu droit à une nuit mouillée, son toit n’ayant pas résisté à la pression… Souhaitons que la chambre Espelette, où nous dormirons, ne se transforme pas en soupe aux piments.

 

Pour dîner, on entre dans une petite brasserie où M.Paul choisit une spécialité du coin: l’assiette de pied de porc (et non de Pied de Port quoique oui, on l’avoue, le jeu de mots a été fait au cours du repas, avec un gros roulement de tambour à la fin). Et quand on parle «pied de porc» à la Brasserie Ttapia on y va dans le sens littéral de la chose. Aucune trace de viande sur ce pied, mais il a bien tous ses orteils, ses os, ses articulations, ses tendons, ses cartilages… Le tout, bien frit, une petite mousse blanche frétillante en témoignant. Je crois qu’on ne peut malheureusement pas parler d’un «régal» pour le pauvre homme… On s’est donc ensuite rapidement dirigé vers une boulangerie, question d’essayer le célèbre gâteau basque et de contenter son estomac. Le résultat fut plus probant…

Le terme «pied de porc» de la Brasserie Ttipia de St-Jean-Pied-de-Port est à prendre... au pied de la lettre (on y prend goût aux jeux de mots!)

Le terme «pied de porc» de la Brasserie Ttipia de St-Jean-Pied-de-Port est à prendre... au pied de la lettre (on y prend goût aux jeux de mots!)

Petite visite du village, marche jusqu’à l’ancienne citadelle maintenant transformée en collège, pluie… D’un commun accord, on embarque dans la voiture. La pluie, on se la tapera demain sur le Chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle s’il le faut, mais aujourd’hui, on est tous les deux plus «type sec»…

Petite promenade vers la Citadelle...

Petite promenade vers la Citadelle...

La Citadelle / collège.

La Citadelle / collège.

Donc tour de voiture jusqu’à Roncesvalles. Je n’ai aucune idée du temps que ça a pris. Parce que fidèle à mon habitude, dès que la voiture s’est mise en marche j’ai combattu le temps d’une conversation «décente» pour ne pas éveiller les soupçons – qui, de toute façon, avec M. Paul, ne s’endorment plus, eux – puis je me suis assoupie. C’est inévitable. C’est comme si dès qu’on met l’auto en marche, ça criait «Moteurs… ACTION!»; et que l’action pour moi se déroulait alors dans mes rêves. Ce n’est que quand on finit par COUPER! le moteur de la voiture que je me réveille… Le hic, c’est que l’ACTION! débute parfois en plein milieu d’une conversation rythmée et remplie de suspense. Par exemple (Cette conversation est rapportée telle quelle dans son intégralité. Aucun nom, aucun adjectif, aucun pronom n’ont été modifiés) :

 

M. Paul: J’ai une super surprise pour toi. Tu vas voir dans quelques minutes!

Miss K: Une surprise??? Ah oui??? C’est quoi?

M. Paul: Tu vas voir. Tu vas être contente 

MissK: Mais c’est dans la voiture? Tu l’as cachée? 

M. Paul (air mystérieux): Ahhhhh… J’t’le dis pas.

MissK: Ça se mange-tu? 

M. Paul: Non.

MissK: Ça se boit-tu?

M. Paul: Non.

MissK: Ça bouge-tu?

M. Paul: Non.

MissK: Pis c’est quand que je vais le savoir?

M. Paul: Tu vas voir. Patience.T’as aucune idée hein?

Miss K: Zzzzzzzzzzzz…

M. Paul: Hein? T’as aucune idée?

MissK: Zzzzzzzzzzzz…

 

Et je ne peux rapporter le reste du monologue de M. Paul, ni vous communiquer sa durée, pour des raisons que vous comprenez… Mais je peux vous raconter le synopsis de mon rêve de porc en béquilles, si vous voulez…

 

Roncesvalles, c’est tout petit. Tout sympa. Et… c’était ça ma surprise… c’est en ESPAGNE. Mon petit pays d’amour. La terre natale de Kukuxumusu et Agatha Ruiz de la Prada, deux marques pour lesquelles je suis responsable de 50% du chiffre d’affaires. Mes chouchous. La terre des tapas, ces petites bouchées qui me rendent heureuse comme des sushis parce qu’elles permettent à mon (gros) côté curieux de goûter tout plein de mix de saveurs en un seul repas. Sangria. Rioja. Crianza. Aaaaaaahhhhhh, l’Espagne! Bon. Roncesvalles n’est pas non plus Barcelone, Valence, Madrid, ni même Cadiz, on s’entend, mais juste d’avoir à demander «Quisiera una cerveza, por favor» (ici, je ne me suis pas trompée!!!) fait du bien dans mon p’tit coeur. Vivement Donostia dans quelques jours! 

 

Au retour, on arrête à la Maison du Jambon, puis dans un espèce de méga centre commercial perdu au milieu de nulle part. Pas qu’on ait envie de faire les boutiques, mais planté au milieu de nulle part, ce méga centre pique notre curiosité: «Quessé ça fait là, ça???». C’était les boutiques «hors-taxe» de la frontière. C’est ce qu’on a déduit quand M. Paul a payé ses cigarettes 2,80 euros et qu’on a vu les autobus dans le stationnement… 

 

De retour à SJPP, la pluie étant en plein spasme, on est partis de l’autre bord, direction Urupele, qui devrait nous donner une «impression indicible de bout du monde» selon le Routard. Super joli. Mais au moment où nous y sommes, complètement mort. Tout était fermé. Et le fromager a refusé de vendre 100g de son fromage de brebis à M. Paul. Minimum 800g. Ce qui aurait fait beaucoup pour goûter, juste avant de souper. 

 

On s’est donc rendus dans une autre fermette, plus près de SJPP, à Irouleguy qui est aussi réputé pour son vignoble (j’en témoigne d’ailleurs, le vin est EXCELLENT!!!). C’est au fin fond d’un mini-chemin qui croisait la route principale que nous avons trouvé l’établissement, tenu par une vieille dame. Ce sont ses deux fils qui font le fromage. Super accueillante, elle a gentiment accepté de ne couper que 100g de sa tomme pour nous. Reconnaissant l’accent québécois, elle a raconté – petit potin – que le boucher du coin était allé passer 10 ans au Canada où, semble-t-il, il a fait fortune. Perso, je le soupçonne d’avoir acheté un 6/49…

 

En soirée, petit souper dans un resto sympa à côté de notre pension. Le moelleux au chocolat et piment d’Espelette était excellent. Surtout lorsqu’avalé en simultané avec le petit sorbet aux cerises qui l’accompagnait…

 

Zzzzzzzzzzzzzzzzz…

 

Vendredi matin. Vendredi gris. Qu’importe, on fait une partie du GR35. Celle qui part de SJPP est décrite comme étant la «plus éprouvante» du chemin de St-Jacques-de-Compostelle. C’est excellent pour la sportive en moi qui a besoin de pousser la machine (des copains de hiking m’ont déjà surnommée «The Machine», d’ailleurs. Je l’écris parce que ça fait du bien à mon orgueil…)

 

Je ne sais pas si c’est la partie la plus «éprouvante» n’ayant pas fait le reste du GR, mais je peux dire qu’elle monte en titi. Et longtemps. Et que c’est pas mal l’fun! Je n’avais jamais vu M. Paul aussi trempé. Il pleuvait, mais son imperméable-poncho – aussi grand que les parachutes sur lesquels on faisait bondir des ballons quand on était enfant – acheté pour l’occasion, le couvrait parfaitement. Non, il était trempé «d’effort». On a monté ainsi jusqu’à a crête (environ 11-12km) puis on a fait un autre petit bout avant de faire demi-tour. C’est moche de devoir revenir sur nos pas, mais il n’y a qu’un chemin,  pas de boucle, et on couche à SJPP . Sur le chemin du retour, à quelques mètres de notre point de départ, on a croisé une Asiatique qui entamait la montée. Elle nous a accostés dans un anglais approximatif, nous demandant ce que nous faisions. On a tenté de lui expliquer dans un anglais qu’elle semblait comprendre tout aussi approximativement, que nous revenions sur nos pas parce que nous ne faisions pas tout le pèlerinage. Que c’était un «one day trip» pour nous. Je pense qu’elle se cherchait des amis pour la route… Elle semblait d’ailleurs plutôt déboussolée quand on lui a dit que le refuge Orisson, où elle avait réservé, se trouvait tout en haut de la montagne, à environ 12km de distance… Paul lui a évalué le temps de marche à 3h, à son grand désespoir. Je trouvais qu’il y allait fort – ça nous avait pris environ 1h30, peut-être 2h – mais il m’a dit qu’on roulait pas mal… On lui a offert de regarder nos photos sur l’appareil pour lui montrer à quel point le paysage est beau et que ça vaut la peine de faire le trajet, mais elle a décliné, préférant s’attaquer à son calvaire le plus rapidement possible.

 

Alors, j’en partage quelques-unes avec vous (si vous en voulez plus, il y en a ici!)…

Le chemin...

Le chemin...

En haut de la montagne...

En haut de la montagne...

Des petits moutons tout mignons.

Des petits moutons tout mignons.


octobre 2017
L M M J V S D
« Mar    
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031  

Pendant ce temps sur Twitter…

Paperblog

%d blogueurs aiment cette page :