Posts Tagged 'Nice'

Farandole de souvenirs niçois à la MissK

Les souvenirs sont comme des petites farandoles improvisées dans ma tête. Suffit qu’il y en ait un qui y «poppe» et se mette sous les projecteurs de ma mémoire pour qu’un autre ose ensuite le prendre par la main et sorte à son tour. Ce dernier en entraîne un troisième, puis un quatrième… Tout un spectacle. Je les (re)vois, les (ré)entend, les (re)sent à tour de rôle. Ou pas. Parce que lorsqu’ils réalisent le plaisir que je prends à les revivre et qu’ils sentent que le quotidien kidnappera sous peu mes pensées, il arrive parfois que les plus audacieux (et/ou show-offs), stimulés par la crainte de tomber dans le fossé de l’oubli, se bousculent à l’entrée de la scène du mémorial animé et provoquent un gros fouillis de confusion.

Parenthèse. C’est rigolo parce que – curieuse de nature – j’ai eu envie de voir d’où venait le terme farandole. Eh bien, Wikipedia m’annonce qu’il viendrait justement de la région de Nice: «The farandole is an open-chain community dance popular in the County of Nice, France.» Fin de la parenthèse.

La dernière farandole du genre a paradé sur les paroles de Bonnie Tyler. Je vous ai déjà parlé de Nice. Mais ce que vous ne savez pas encore, c’est qu’à chaque fois que je suis allée visiter ma chère Lydice de Nice, j’en ai profité pour découvrir d’autres villes de la Côte d’Azur. Antibes, Monaco, Cannes… Et d’autres coins dans les terres aussi. Parce que prise d’une envie folle de montagne, je me suis même tapé 4 heures de route (enfin… comme c’était en compagnie de Lydie et M. Paul, ça a tout de même été 4 heures sympas! :-)) pour pouvoir faire une petite randonnée dans un sentier des Gorges du Verdon.

Prêts pour une farandole en images?

Ça commence avec le Verdon. On a dormi à Aiguines dans un charmant B&B où M. Paul était déjà allé lors d’un précédent voyage d’escalade.

Situé à l'entrée des Gorges du Verdon, le village d'Aiguines est fort sympathique!

Le charmant village a un beau château (ma tantirelirelire...) au toit en tuiles et un ancien lavoir, aujourd'hui sous-utilisé. Allez comprendre pourquoi! Pffff 😉

Qui a mangé la tête à la tortue?

Au petit resto du village où nous avons soupé (tout comme Brel, mais pas le même jour ni la même année...), j'ai goûté ce que je crois bien être la meilleure sauce au chocolat de profitéroles au monde! J'ai failli me lever et aller lécher le bain-marie.

Après une bonne nuit de sommeil, nous étions fin prêts pour une petite rando dans les Gorges. Chemin faisant, nous avons croisé un ami:

On l'a invité à nous accompagner, mais il a décliné notre invitation.

Une petite bruine a arrosé notre rando sans toutefois altérer la beauté du paysage et le turquoise de l’eau… C’était une rando à l’envers: on a descendu à l’aller et remonté au retour.

Voyez comme je semble ébahie par le paysage!

Sur le chemin du retour, nous sommes arrêté boire un thé à Moustier Sainte-Marie, célèbre entre autres pour sa production de faïence et son étoile dorée, qu’on ne voit malheureusement pas sur ces photos. En revanche, j’ai attrapé le char noir du village en pleine séance d’observation des touristes.

C'est ce qu'on appelle un «village-carte-postale»...

Plus près de la côte, je suis aussi allée passer une soirée à Antibes avec Lydie. Son oncle et sa tante qui y habitent nous ont reçu à dîner. Souper. Manger, quoi. C’est très joli Antibes et un peu moins axé «touristes» que Nice.

À hauteur d'Antibes, la mer était toute calme ce soir-là...

Le Verdon et Antibes, je les ai vus en 2009. Plus récemment, au cours de mon second passage (mars 2010), je suis allée faire un tour du côté de Monaco. Un tour rapide: on a roulé le circuit de Monaco en voiture et on est repartis. On a roulé tellement vite que je n’ai pris aucune photo 😉 Oui, je sais… Mais c’est que nous venions de nous accrocher pieds et lentilles plus longtemps que prévu à Èze et que nous devions ensuite filer à Cannes, où une suite – dont nous avions inopinément hérité – nous attendait. La grosse vie sale, quoi. Ce la dit, en toute honnêteté, nous n’avions même pas prévu passer une nuit à Cannes au départ. Je voulais aller y faire un tour, m’y promener un brin, mais sans plus. Je pensais passer le week-end entier dans un superbe All Season à Nice. La grosse vie sale s’est organisée à la dernière minute. Au cours d’une petite fête chez Lydie, j’ai fait la connaissance de quelques copains du coin dont un gérant de plusieurs hôtels. Parle parle, jase jase, il a insisté pour que je profite de la suite d’un de ses hôtels. Avouez que ça aurait été dommage que je me prive d’une telle vue sur Cannes:

Des fois, suffit d'être à la bonne place au bon moment pour profiter d'une belle vue 🙂

Mais revenons à Èze. Je comprends que Bono ait décidé de s’y installer. Niché tout en haut d’une falaise, le village historique a un aura médiéval on ne peut plus charmant et offre un panorama d’une beauté presque trop parfaite.

Le jaune de l'église baroque Notre-Dame de l'Assomption se marie parfaitement bien au bleu du ciel...

Pudique, le paysage?

*grande respiration*

J'ignore pourquoi, mais ce damier géant me semble tout droit sorti d'un livre d'Agatha Christie. Ou d'une partie de Clue. Où est Poirot? Au bar avec le Colonel Mustard?

*grande respiration bis*

Nous étions quelques touristes (!) à profiter d'Èze, cette journée-là... J'ai dû faire preuve de patience pour avoir la photo du haut. Celle du bas est plus représentative... 😉

De Joliette à Montréal, en passant par Nice

Ce soir, j’ai fait un tour d’autobus voyageur. Quand j’ai acheté mon billet, c’était écrit «Joliette-Montréal» dessus. Je me préparais à une petite heure de route tranquille. Je me suis même dit que j’en profiterais probablement pour faire une sieste. J’étais loin de me douter que je ferais un détour par la France. Quelle merveilleuse escapade!

Tout a commencé lorsque la voix de Bonnie Tyler s’est mise à susurrer à tous les passagers de l’autobus (ça vaut la peine de (re)voir l’intense vidéoclip, même si, pour ce faire, vous devez couper le son après une seconde et quart):

TRABOULIDON! Je suis passée dans une autre dimension… Je suis passée dans l’appartement qu’habitait mon amie Lydie – une Française qui a adopté le Québec quelques années – sur Mont-Royal. Un deuxième étage avec une grande terrasse qui donne sur l’avenue. On est en 2006, je crois. Il neige. Une grosse tempête, de gros flocons. L’effervescence habituelle de la rue a pris congé, laissant sa place à un calme blanc. Silence extérieur. Le peu de sons qui tentent leur chance et essaient de percer dans la nuit sont automatiquement étouffés par la neige.

Dans l’appart, le scénario est tout autre. On rigole et on picole. Bulles au goulot. On virevolte aussi sur des rythmes divers. Soudainement, je vois Lydie se rendre d’un pas résolu vers son lecteur CD (eh non, on n’est pas à l’ère du MP3 universel encore!). Elle en met un nouveau, sélectionne la track désirée, monte le volume et se rend à la grande fenêtre du salon, m’attrapant par la taille au passage. C’est du sérieux. On s’arrête devant la fenêtre. On avale des bulles à tour de rôle en regardant les gros morceaux de ouate danser doucement dans la nuit et, alcool aidant (ou nuisant, c’est selon) on leur chante à tue-tête les paroles de Bonnie: «Turnaround, every now and then I get a little bit lonely and you’re never coming around… Turnaround, Every now and then I get a little bit tired of listening to the sound of my tears»… C’est ce qu’on appelle un «moment». Oh, wow! J’adore ce pouvoir qu’à la musique de me faire voyager dans mes souvenirs…

Soirée unique. Moment magique avec ma p’tite Lydie. Depuis, elle est rentrée dans son pays et s’est transformée en Lydice de Nice…  Ah, Lydie!

TRABOULIDON! Toujours assise sur un siège d’autobus trop doux et trop mou, je suis (encore) passée dans une autre dimension. Cette fois, je suis passée dans l’appartement qu’habite aujourd’hui Lydie, sur la côte méditerranéenne. Je suis allée l’y voir deux fois: au début et à la toute fin de mon année française. Suivez-moi! Je vous emmène au bout de la terre. Je vous emmène au pays des merveilles. Et je vous confirme que la misère est définitivement moins pénible au soleil!

J'ai même l'air zen, ainsi assise sur les galets au bord de la mer...

Pendant ce temps, les enfants, eux, s'amusent...

La promenade des anglais, qui longe la mer.

Clichés de marché

Paraît que Thereza fait la meilleure socca (pâte à base de farine et de pois chiches) de Nice. La mine ravie de M. Paul qui en tient dans ses mains semble confirmer le tout...!

Images de ville, église russe et même le diable. Celui qui s'habille en Prada.

Balade du mardi... Ou peut-être du mercredi...

Vues de la colline du Château. Le château n'existe plus puisqu'il a été complètement rasé à la demande de Louis XIV.

Sur la colline, il y a un parc. Et dans ce parc, il y a MissK qui s'amuse avec les enfants.

Sur la colline, il y a aussi une magnifique chute...

Je suis allée faire un tour au Musée Matisse (en haut) et me suis également rendue au pied de son tombeau (en bas)

*silence*

Je vous présente la belle Lydice de Nice, grande responsable de ces doux souvenirs! Elle pose ici devant l'Opéra de Nice.


mars 2017
L M M J V S D
« Mar    
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  
Paperblog

%d blogueurs aiment cette page :