Un intrus au pays du calembour! Et pas n’importe lequel ;-)

Baignant depuis maintenant quelques mois dans les joyeux calembours, je prends tous les jeux de mots que j’aperçois pour du cash. Erreur. Agir de la sorte c’est oublier que malgré toutes nos similarités et tous les liens qu’on veut bien dessiner entre nos cultures, malgré tous les programmes d’échange visant à favoriser le rapprochement entre Français et Québécois (avec le Nutella, par exemple, comme le souligne si bien M. Paul), nous sommes différents sur bien des points… Dont la langue. On a beau utiliser les mêmes mots, les mêmes pronoms, les mêmes adverbes, les mêmes interjections… le sens de nos phrases ou de nos expressions varie d’un océan à l’autre, causant tantôt de petites confusions, tantôt de gros (et rigolos) malentendus. Pensons à «Foufoune» qui, pour les Français comme pour les Québécois, représente une partie du corps. Dans la même région anatomique, de surcroît. Mais alors que les Québécois les aperçoivent «de dos», les Français doivent être «de face» pour les voir… Et on ne parle pas des «gosses»… Pour les uns, ça sert à créer ce que ça signifie pour les autres! Pensons aussi aux 5 à 7, que je démystifie dans un article qui sera publié dans un prochain numéro de Clin d’Oeil. Paraît que si vous parlez de votre «blonde» à un Français, l’image qui lui apparaîtra en tête est celle d’une nunuche idiote… Vaut mieux parler de votre conjointe, votre amie ou encore votre copine. Au fait, «présentement», c’est un «québé-chisme» (tant qu’à faire des calembours, j’aime bien celui-là!). Il semble qu’il faille employer «actuellement». Honnêtement, moi, je trouve «actuellement» plus doux à l’oreille, de toute façon.

Je ne ferai pas de liste exhaustive ici. D’autres sites s’en sont occupés. Non, je veux plutôt parler d’une marque de commerce.

La première fois que j’ai aperçu un sac de sucre Daddy sur les tablettes du supermarché, j’ai eu un mini-choc. J’ai cligné des yeux pour être certaine que je n’étais pas victime d’une illusion. Être certaine que j’avais bien lu et que ce n’était pas écrit «Paddy» ou «Dappy» ou même «Saddy»… Mais non, j’étais bien devant un étalage complet de sucre Daddy. Comme dans «Sugar Daddy». En Angleterre, ce type d’humour ne m’aurait pas surprise. Mais j’avoue que la France ne m’avait pas encore montré ce côté d’elle-même. J’en ai glissé un mot à M. Paul pour recueillir son avis. Il ne me croyait pas! L’intégration de mots de langue anglaise dans le langage familier ou les noms de marques est plus fréquente ici qu’au Québec… Aussi, il ne m’est jamais passé par la tête que ce nouveau calembour caché puisse être totalement accidentel… J’ai tout de même poussé mon enquête un peu plus loin en demandant à des amis Français s’ils connaissaient le sucre Daddy. Réaction générale: un «oui» monotone appuyé d’un regard à la «Euh… mais qu’est-ce qu’elle dit»? J’ai donc enchaîné en demandant s’ils savaient ce qu’était un «Sugar Daddy» et je vous avoue avoir été étonnée de constater qu’une majorité de 100% ne savait simplement pas… Pour eux, c’était du sucre bien ordinaire. Notre Redpath, sans plus.

Je me suis donc demandé si la marque était d’origine française ou d’un autre pays. Peut-être certains souhaitaient-ils se payer la gueule des Français? J’en doutais mais je ne voulais laisser passer aucune hypothèse… Résultat de mon enquête: c’est bel et bien une marque d’origine Française lancée en 1981. Sur le site Web de Daddy, l’historique souligne «Quand on pense à Daddy, nous avons tous en mémoire l’image du grand-père sympathique accompagné de ces deux petits enfants qui animaient nos paquets de sucre».

Bon d’accord. C’est moi qui ai l’esprit mal tourné. N’empêche, quand j’ai visionné les plus récentes pubs du produit (2008), le doute a ressurgi dans mon esprit:

C’est moi, ou…😀

P.S. Un «sugar daddy», pour nous, c’est «a well-to-do usually older man who supports or spends lavishly on a mistress, girlfriend, or boyfriend»…

P.S. 2 Le chat me fait vraiment mourir de rire:

Sucre Daddy

Oh yeah!

6 Responses to “Un intrus au pays du calembour! Et pas n’importe lequel ;-)”


  1. 1 Caroline Faucher 6 juillet 2009 à 20:03

    Sugar Daddy… Ne t’en fais pas pour la tournure de ton esprit, MissK. J’aurais eu la même réaction. Merci pour ce sympathique dossier d’enquête mené outremer!

  2. 2 Olivier 6 juillet 2009 à 21:39

    En tant que Français du Québec, j’avoue que je n’avais jamais fait le lien entre les suivre Daddy et le sugar daddy ! Je crois que tu es pire que moi, finalement.

    Tant que tu n’as pas vu le sucre « Who’s you’re Daddy »…

  3. 3 miiiiissk 7 juillet 2009 à 10:57

    @Caroline: Merci… Tu me rassures😛
    @Olivier: Hihihi🙂 Si on cumulait «tes» liens et «mes» liens, peut-être arriverions nous à une bible incroyable🙂

  4. 4 ©Mel 9 juillet 2009 à 04:13

    Le slogan est fort aussi: «Pour un monde plus rose».
    Je cherche encore le lien🙂

  5. 5 miiiiissk 10 juillet 2009 à 11:10

    @Mel: J’avoue!!! :-)))

  6. 6 Eva 8 mars 2012 à 21:55

    L’article date mais je tenais quand même à te remercier pour ces précisions ! L’autre jour je me tenais devant une affiche de pub pour cette marque et ça m’a sauté aux yeux d’un coup « sugar daddy » xD Et je suis bien française. Donc merci à toi🙂


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




juillet 2009
L M M J V S D
« Juin   Août »
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  

Pendant ce temps sur Twitter…

Paperblog

%d blogueurs aiment cette page :