Hommage à mon papa… le plus FORT!

Pour la fête des Pères, j’ai bien sûr envoyé une petite carte électronique à mon papa qui est au Québec. Mais, compte tenu des circonstances actuelles, j’ai aussi décidé de lui rendre un petit hommage.

Parce que mon papa, bien c’est le plus fort. Pas physiquement, oh non! Pour cet aspect-là, il a eu la modestie de laisser les honneurs à d’autres papas😉. Mon papa, sa force à lui, celle sur laquelle il bat tous les papas, c’est la FORCE DE VIVRE et, conséquence directe, la FORCE D’INSPIRER LA VIE. (Bon d’accord… il est probablement ex aequo avec d’autres papas, mais… j’ai un petit parti pris, vous comprenez…)

Parce que mon papa, c’est le typique «bon vivant». En plus de nous balancer de charmants (et moins charmants) calembours à qui mieux mieux, c’était celui qui, lors des partys de famille animait gaiement et dynamiquement le célèbre «Set carré». Il avait aussi sa propre chanson à répondre dont il faisait profiter toute la famille les 31 décembre: Le Père Maturin. Une chanson que mon papa, qui prenait tous ses rôles très au sérieux, mimait également. Si vous ne le saviez pas, le père Maturin, il se promène dans une brouette jusqu’à Québec. Et il perd des morceaux en chemin. Papa se dévêtait donc au rythme des paroles: ses souliers, ses bas, sa cravate, sa chemise, sa ceinture, ses pantalons… BOUHOUHOUHOU! Ici, invariablement, la petite MissK se mettait à pleurer. Elle ne voulait pas que son papa enlève son pantalon devant tout le monde!!!

Les spectateurs présents auraient pu croire que ça faisait partie du spectacle, mais je vous confie que non. J’avais vraiment peur!

Bref, vous voyez le type de bonhomme. Sportif de patinoire ET de salon, il appréciait tout autant «vivre l’action» que la commenter entre deux gorgées de bière. Il aimait aussi les gens. On recevait régulièrement à souper et on allait souvent chez mes oncles et mes tantes. Du rosbif et du spaghetti… j’en ai mangé!

Puis un jour, tout a basculé. Il avait 40 ans. Je vous épargne les symptômes et les visites médicales parce que du haut de mes 2-3 ans, je ne me souviens pas de grand-chose. Mais je me souviens des nombreuses visites à l’hôpital puis un jour… quelques années plus tard, de ses premières expériences en dialyse. Les deux reins de mon papa avaient décidé de prendre une retraite prématurée. Le seul intérim trouvé pour les remplacer dans leur filtrage sanguin, c’était donc une machine sur laquelle papa devait se brancher environ 4 heures, 3 fois par semaine. Et ce, jusqu’à ce que les médecins trouvent un remplaçant permanent pour les deux retraités. Un greffon, quoi.

Eh bien, papa a été «chanceux»! Le remplaçant a vite été trouvé. À peine quelques semaines après sa première dialyse, les médecins lui ont effectivement transplanté un rein qui fonctionnait à merveille. Je mets «chanceux» entre guillemets, parce qu’à l’autre bout de cette chance, il y a la tristesse d’une famille qui a perdu un être cher. Une famille qui est peut-être relativement heureuse de pouvoir aider des gens dans le besoin grâce au don d’organe – personnellement, je le vivrais ainsi… je me dirais qu’au-delà de toute la douleur que je ressens face à la mort, prématurée ou non, de ce proche, je suis fière qu’il ait décidé de perpétuer la vie en signant sa petite carte! Mais une famille probablement très éplorée. Cela dit, avoir une greffe aussi rapidement, c’est très rare. Certaines personnes doivent faire 1, 3, 5, 10 ans… voire une vie complète de dialyse!

Avec cette greffe est donc venue une série de médicaments à prendre – antirejets, anti-douleur, anti-ci, pro-ça – des visites hebdomadaires à l’hôpital… et une bonne dose d’angoisses, de peurs, d’incertitudes, je crois… de ces émotions qu’on essaie souvent de «dissimuler» pour paraître «fort».

Ça change une vie. Mais pas autant que tout ce qui a suivi… et qui me fait dire que mon papa, c’est le plus fort!

Je vous descends ça rapidement, parce que sinon, WordPress risque de me charger pour utilisation excessive d’espace (!) et vous, vous allez croire que je vous ai copié-collé le scénario d’un remake de La foire aux malheurs, mais à saveur «médicale» (ou la maison devient métaphoriquement un corps…)…

1. Crise de coeur: CHEKED. Une première quelques années après sa greffe, puis d’autres par la suite. En 2001, les médecins ont fini par lui poser un Pacemaker.

Puis, entre 1995 et 2009, une suite incessante de maux (disons que le Larousse médical n’a plus de secret dans notre famille!): phlébites, embolie pulmonaire, kystes, hernies, péritonites, liquide dans les articulations, pose de cathéter, cataractes (pas de jalousie… les deux yeux ont été touchés!), zona, diabète (conséquence de certains de ses médicaments…), hémorragies internes, goutte (mais pas juste au gros orteil… il a réussi à avoir une attaque à la hanche et à la main), pontages, fractures (pied, hanche, 8e côte… alouette!), pierres dans la vésicule biliaire, diverticulites, décollement de la rétine, anévrismes à l’aorte, jaunisse, C Difficile, E.Coli, bronchites aigües, pneumonies, gastro sévères (pour éviter le rejet du rein, son système immunitaire a été forcé de prendre des vacances à vie…), cancer de la peau, choc septique… et j’en passe. Je me «rappelle» tous ces bobos parce que maman, tannée d’exercer sa mémoire pour répondre à «Quel est l’historique médical de monsieur» à chaque visite à l’urgence, a commencé à tenir un «catalogue des diagnostics» de papa… Je vous épargne le nombre de pages qu’a le document…

Mais ce n’est pas tout. Comme si l’accueil de ces nouvelles maladies par son corps ne laissait plus assez de place pour son greffon, ce dernier a lancé la serviette en 1997 et papa a dû recommencer la dialyse. Encore une fois… il a rapidement reçu un appel de l’hôpital: un greffon compatible venait d’arriver en salle d’op! 2e greffe.

Greffon qu’il a toujours, d’ailleurs, même si, je soupçonne qu’il «dort parfois sur la job»…

Mais ce que je tiens à mettre en valeur en cette journée de Fête des Pères, c’est que malgré toutes ces péripéties, parfois faciles à vivre, d’autres fois très éprouvantes tant pour le principal concerné que pour maman, mon frère et moi, mon papa a gardé espoir, s’est accroché à la vie…!

Et à tous les gadgets qu’il «magasine» et achète quasi-compulsivement😉. Il s’est déjà commandé un GPS par internet, assis dans son salon… alors qu’il ne pouvait presque plus conduire! Et une caméra numérique tellement minuscule qu’à peine quelques heures après se l’être procurée il l’a détruite… en l’échappant dans sa tasse de café!

Ces temps-ci, je sais que c’est toutefois plus difficile pour lui… Suite à sa dernière hospitalisation, au printemps dernier, il a perdu quelques grosses plumes… et son équilibre. Résultat: il ne peut plus conduire sa voiture qu’il devra faire adapter (peut-être mon frère héritera-t-il d’un GPS) et sa nouvelle meilleure amie est une chaise roulante. Limité dans ses déplacements, le cul qui alterne entre son fauteuil et cette chaise roulante, il trouve la vie moins sexy je crois.

Heureusement, lui qui m’a initiée à l’informatique en nous achetant un Commodore 64 dans les premières années de ma vie, il a son petit portable avec lequel il communique avec ses proches, il joue aux cartes, il fait des casses-têtes, il trouve des articles sur l’Europe pour sa fille… Ses doigts ne plient plus ce qui rend le «tapage» et le maniement de la souris un peu compliqués, mais il en a vu d’autres…!

Aussi, comme ils font des marchettes à la fine pointe de la technologie et des chaises roulantes dignes d’un James Bond maintenant, ça lui donne l’opportunité de «magasiner» son prochain gadget…

Bref, malgré tout, malgré les jours difficiles, je crois qu’il ne lâche pas la patate. Quand je lui parle, je sens du bonheur tout au fond de sa voix à l’autre bout du fil. Le bonheur d’être en vie et de pouvoir rester en communication avec ses proches. Le bonheur qui efface d’un coup tous les malheurs. Le bonheur d’une vie bien remplie, malgré toutes les épreuves. Le bonheur de sentir une force s’exprimer et s’irradier à l’intérieur de lui. La force de vivre.

Merci papa de nous illuminer de cette force!

J’espère que par l’entremise de cet humble hommage à mon papa, mis maladroitement en mots, vous ressentirez sa joie de vivre. J’espère que j’aurai réussi à partager avec vous ne serait-ce que quelques parcelles de l’énergie vitale qu’il m’a inspirée et qu’il m’inspire encore.

Et je termine en soulignant l’impact qu’à eu une simple signature sur la vie de mon papa. À deux reprises, le fait que quelqu’un ait pris le temps de signer à l’endos de sa carte d’assurance-maladie pour consentir au don d’organe a permis à papa de continuer à vivre en ayant, malgré tout, une bonne qualité de vie. Parce qu’il a longtemps été impliqué dans A.G.I.R. (Association Générale des Insuffisants Rénaux), une association qui lui tient à coeur et – croyez moi – il a donc côtoyé des gens qui n’ont pas eu sa «chance» et pour qui l’hémodialyse fait obligatoirement partie de leur horaire, est devenue un «mode de vie»…

Je vous présente mon papa, qui porte fièrement un t-shirt non seulement fabriqué en Chine, mais aussi acheté en Chine par... moi ;-). Cette photo date d'il y a plus d'un an... N'empêche, encore aujourd'hui, il a le regard moqueur et le sourire aussi communicatif que sur ce cliché!

Je vous présente mon papa, qui porte fièrement un t-shirt non seulement fabriqué en Chine, mais aussi acheté en Chine par… moi😉. Cette photo date d’il y a plus d’un an… N’empêche, même s’il a quelques livres en moins aujourd’hui, il a encore et toujours le regard moqueur et le sourire aussi communicatif que sur ce cliché!

P.S. C’est la fête des Pères… mais pour ceux qui se demandent si c’est difficile pour maman… je n’oserais répondre à sa place, même si j’ai l’impression que la réponse est «oui», parce que c’est difficile de voir les gens qu’on aime souffrir… Mais elle a de l’aide du CLSC, de la famille, d’amis. Et ça, je trouve ça vraiment chouette! Je tenais à le dire.

22 Responses to “Hommage à mon papa… le plus FORT!”


  1. 1 Annie 21 juin 2009 à 14:46

    Ma petite Karine, tu m’as fait pleurer ce matin. Parce que ce papa la, je l’aime tellement aussi. Il est une personne significative. Ce papa la c’est mon parrain et sois en fière !! Tu es chanceuse de l’avoir comme papa.

    Bisou ma belle

    Lache pas

  2. 2 Rachel 21 juin 2009 à 15:34

    Un beau témoignage très bien rendu, ayant accompagné tes parents dans ces dédales de souffrances et de combats. Mais je les ai aussi souvent suivi dans leurs vacances qui permettaient à ton père de nous conduire et aussi de profiter seul du chalet le temps pour ta mère et moi de faire des virées diurnes et escapades en forêt. Avec une bonne bouffe, tout le monde était heureux. Et nous parlions de nos enfants… en bien naturellement.
    Merci Karine de nous rappeler de ces moments marquants!
    Au fait ta tante a lu ton blogue « ruth de vaches » et elle a bien ri de ces souvenirs qui lui rappelait sa chère Ruth décédée il y a peu de temps.
    À plus!

  3. 3 Lee Ann 21 juin 2009 à 15:44

    Merci, Karine…tu m’as raconté des parties de cette histoire de ton papa très fort, mais je suis contente de la lire toute ensemble…What a guy!🙂

    Gros bisoux…je pense à toi souvent🙂

  4. 4 Papa 21 juin 2009 à 16:15

    Merci Karine pour ton beau témoignage sur une partie de ma vie, qui n’a pas toujours été facile et qui est présentement très diffile.

    Merci pour ton message livré en ce jour de la fête des papas.

    Tu résumes très bien une partie de ma vie. Je sais que toute la famille a ressenti les mêmes sentiments que j’ai vécus et que ça pas été facile pour vous autres non plus.

    Ta mère,ton frère et toi avez été mes meilleurs supporteurs.Merci!

    Je vous aime.

    Papa Michel

    • 5 sylvie charbonneau 22 juin 2009 à 03:26

      allo mon ancle !!!! quel beau témoignage de ta belle p’tite karine d’amour…..mon père (pierre ) me donne des nouvelles de toi de temps à autre et je vois comme la vie n’ai pas facile pour toi et je te comprends par ce que je suis une personne malade moi aussi depuis plusieurs années et demain je rentre à l’hopital pour des probl:eme d’intestins ( je n’ai plus de colon…depuis 14 ans et pas de sac ) alors j’ai la frousse mais ton courage arrive juste à temps..il me donne la force de continuée….tu as tjrs eu une place dans mon coeur et je me rapelle des party…lol bon courage je t’embrasse et micheline aussi….ps: tu es toujours aussi beau…lol gros bisous xoxxo sylvie charbonnea !!!!

  5. 6 M'man 21 juin 2009 à 16:38

    J’ai vu les yeux mouillés de ton papa en lisant ton témoignage émouvant. Il a essuyé quelques larme.

    Dans son commentaire, il dit qu’il ne l’a pas facile de ce temps-ci, c’est vrai que c’est difficile, la vie continue à le malmener. Il garde quand même son sourire et sa volonté de vivre.
    Il a besoin d’encouragement, d’aide moral, comme vous le faites toi, Éric la famille et les amis.
    Par le fait même, vous m’aidez aussi.

    Une chance qu’on vous a, une chance qu’on s’a…. :-))

    M’man MiMi xxx

  6. 7 M'man 21 juin 2009 à 16:42

    Je veux dire que plusieurs larmes ont coulé.

    Désolée pour le « s » manquant dans mon premier commentaire.🙂

    MiMi

  7. 8 Christian 21 juin 2009 à 17:15

    Allô Karine,

    Quel beau témoignage! Tu as bien raison de dire que ton papa possède une grande force de vivre et il a beaucoup de mérite.

    Merci, ça m’a touché.

    Christian

  8. 9 Jason 21 juin 2009 à 18:11

    Salut Karine,

    Très touchant ce que tu as écris sur ton papa. D’ailleurs, j’ai eu ton père comme prof en cinquième du primaire (évidemment tu es au courant!) et j’ai toujours apprécié sa classe. Je me souviens qu’il nous parlait de ses reins et des dyalises qu’il devait avoir pour nettoyer son sang. Quand on est jeune, on ne sait pas toujours à quoi ca rime ca ‘dyalise’ mais on comprend plus lorsqu’on vieillit.

    M. Charbonneau, si vous lisez… Je vous remercie de m’avoir traité comme un adulte dans votre classe de primaire.

    Bonne fête des pères,

    sincèrement un de vos anciens élèves…

    Jason

  9. 10 noese cogite 22 juin 2009 à 09:50

    Émouvant de voir ce lien si fort dans ta famille.
    Ton témoignage nous montre que la vie est la plus forte et que l’amour est un baume qui permet d’avancer encore un peu.

  10. 11 miiiiissk 22 juin 2009 à 10:05

    @Annie: Merci :-))) Et je suis consciente de ma chance! En fait, nous sommes tous chanceux de l’avoir😉
    @Rachel: Merci Rachel🙂 Et c’est très rigolo pour «Maudite Ruth de vache»!🙂
    @Lee Ann: Merci🙂 Je pense aussi souvent à vous trois!🙂
    @Papa: tu vois combien nous aussi, on t’aime tous!😉
    @M’man:tu vois à quel point nous sommes TOUS là😉
    @Sylvie: Bon courage et lâche pas! Merci pour ton commentaire🙂
    @Christian: Merci de m’avoir lue… et pour ton commentaire🙂
    @Jason: Wow! Merci pour ce beau témoignage! Papa le lira assurément!🙂
    @noese: oui, la vie est forte quand on y croit🙂. Et l’amour et l’amitié sont des moteurs précieux. Les plus puissants, je crois🙂

  11. 12 Lydie 22 juin 2009 à 17:37

    Des larmes en te lisant oui, cependant avec des rires reflétant l’énergie et sa force de vivre. A nous d’en prendre de la graine et de nous en inspirer, avec ou sans GPS🙂. Embrasse le pour moi, je me considère chanceuse d’avoir eu la chance de partager du temps avec lui, ta maman, toi et M. Paul un certain mois d’août. Merci Karine. LovU.

  12. 13 Olivier 22 juin 2009 à 19:02

    Ma fille m’a téléphoné pour me souhaiter une bonne fête des pères juste quand je venais de lire ton billet. Tu imagines que ça m’a rendu un peu plus émotif !

    En effet, ton père a traversé des épreuves particulièrement douloureuses et nombreuses, mais c’est bien sûr avant tout… ton papa !

    Et au passage, j’ai aune pensée pour le mien, qui ne « feele pas fort ».

  13. 14 Lise Faullem 22 juin 2009 à 20:16

    Très touchée par ton hommage à ton papa (mon ami depuis xx années). Ce qui m’a toujours impressionné chez lui c’est sa grande volonté de vivre et sa ténacité. Quand j’en ai marre parfois, je pense à lui et je me dis, « ferme là et passe à autre chose ».

    Lise

  14. 15 Gilles Faullem 22 juin 2009 à 23:23

    Salut tout le monde,

    Elle est sympha. et très correcte la petite K.

    mais elle a surtout raison.

    Gilles

  15. 16 Nicole 23 juin 2009 à 00:01

    Bonjour Karine !

    J’ai été très émue en lisant ton témoignage.

    Il faut beaucoup d’Amour de la part de Michel, on admire aussi sa patience et son courage.

    Pour moi quand je pense à l’humour de Michel, c’est son  » MERCI GARDE  » qui me revient. Alors qu’il était très malade et à l’hôpital, il sommeillait, ta mère en arrivant lui donne un baiser, il a dit la fameuse phrase: » MERCI GARDE »

    Continue ma grande !
    Nicole xxx

  16. 17 Marie-Julie Gagnon 23 juin 2009 à 01:25

    Je pense que ceux qui n’avaient pas encore signé leur carte d’assurance-maladie le feront sans aucun doute après être passé par ici! Très touchant, effectivement! XX

  17. 18 Mme Sans Coeur 23 juin 2009 à 02:58

    Très beau témoignage, et très belle démonstration d’amour. Je pense que ton père est un homme très fort, un modèle pour les gens qui l’entoure et ça, c’est très précieux. Et, effectivement, je pense aussi que c’est un billet qui fait réfléchir sur le don d’organe (ma carte est signée depuis belle lurette, évidemment!). Chapeau🙂

  18. 19 Éric 23 juin 2009 à 22:15

    ÇA COMMENCE AVEC TOI. ÇA RESTE AVEC LUI!
    Bonjour,
    en parlant de papas inspirants (quelle histoire, je suis content d’avoir tomber dessus), j’invite la blogueuse et le lectorat de ce blogue à consulter une ressource en ligne pour les hommes (incluant les papas) afin qu’ils dialoguent auprès des garçons au sujet des relations saines et égalitaires avec filles et les femmes. La campagne s’appelle, Ça commence avec toi. Ça reste avec lui! et a été créé par un organisme franco-ontarien, le Centre ontarien de prévention des agressions (www.infocopa.com). Le site lancée le 18 juin: http://www.commenceavectoi.ca. Bonne lecture. Laissez-nous vos impressions.
    Éric

  19. 20 miiiiissk 26 juin 2009 à 14:28

    @Lydie: Merci pour ton mot. Je crois que je peux dire qu’ils sont aussi ravis d’avoir passé ce moment avec toi!
    @Olivier: Alors j’ai aussi une pensée pour ton papa à toi! Bon courage!
    @Lise: C’est fort, hein😉
    @Gilles: Mais bien sûr que j’ai raison😛
    @Nicole: Tu m’as fait rire :-))) Mais ça m’inquiète😛
    @Marie-Julie: Merci!
    @Mme Sans Coeur:Merci! Et… merci aussi pour la carte🙂
    @Éric: Merci… Pour ton commentaire, et de nous faire connaître cet organisme.

  20. 21 anik 30 juin 2009 à 21:37

    Salut Karine,
    Ma mère vient de m’envoyer le message que tu as composé pour la fête des pères. OUF! Comme tu as raison. Il est fort, courageux et inspirant mon oncle Michel. Tu sais, chaque fois que je parle de l’importance de signer sa carte de don d’organe je prends toujours l’exemple de ton père pour appuyer mes propos. Tu peux être certaine que mes enfants, Claude et moi avons signer cette carte il y a très longtemps. Quelle courageuse également cette tante Micheline. Elle aussi a été éprouvée côté santé et elle n’a jamais lâché. Bravo! J’ai bien hâte de vous voir. À bientôt
    Anik

  21. 22 Simone Piuze 11 janvier 2010 à 10:11

    Quand le coeur et l’esprit parlent simultanément, l’émotion surgit, forte, décapante, chez le lecteur. Le témoignage de Karine Charbonneau nous brasse, en effet, et on a envie de célébrer ce père courageux qui a décidé d’aimer la vie coûte que coûte. On se dit que la jeune femme a eu de la chance de vivre avec cet homme qui semble lui avoir légué sa force et son humour. Car on rit et on pleure tout au long de la lecture de l’hommage, où l’historique des maux endurés devient à la fois loufoque et extrêmement touchante.

    Simone Piuze
    simonepiuze.com


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




juin 2009
L M M J V S D
« Mai   Juil »
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930  

Pendant ce temps sur Twitter…

Paperblog

%d blogueurs aiment cette page :