Archive pour 21 juin 2009

Hommage à mon papa… le plus FORT!

Pour la fête des Pères, j’ai bien sûr envoyé une petite carte électronique à mon papa qui est au Québec. Mais, compte tenu des circonstances actuelles, j’ai aussi décidé de lui rendre un petit hommage.

Parce que mon papa, bien c’est le plus fort. Pas physiquement, oh non! Pour cet aspect-là, il a eu la modestie de laisser les honneurs à d’autres papas ;-). Mon papa, sa force à lui, celle sur laquelle il bat tous les papas, c’est la FORCE DE VIVRE et, conséquence directe, la FORCE D’INSPIRER LA VIE. (Bon d’accord… il est probablement ex aequo avec d’autres papas, mais… j’ai un petit parti pris, vous comprenez…)

Parce que mon papa, c’est le typique «bon vivant». En plus de nous balancer de charmants (et moins charmants) calembours à qui mieux mieux, c’était celui qui, lors des partys de famille animait gaiement et dynamiquement le célèbre «Set carré». Il avait aussi sa propre chanson à répondre dont il faisait profiter toute la famille les 31 décembre: Le Père Maturin. Une chanson que mon papa, qui prenait tous ses rôles très au sérieux, mimait également. Si vous ne le saviez pas, le père Maturin, il se promène dans une brouette jusqu’à Québec. Et il perd des morceaux en chemin. Papa se dévêtait donc au rythme des paroles: ses souliers, ses bas, sa cravate, sa chemise, sa ceinture, ses pantalons… BOUHOUHOUHOU! Ici, invariablement, la petite MissK se mettait à pleurer. Elle ne voulait pas que son papa enlève son pantalon devant tout le monde!!!

Les spectateurs présents auraient pu croire que ça faisait partie du spectacle, mais je vous confie que non. J’avais vraiment peur!

Bref, vous voyez le type de bonhomme. Sportif de patinoire ET de salon, il appréciait tout autant «vivre l’action» que la commenter entre deux gorgées de bière. Il aimait aussi les gens. On recevait régulièrement à souper et on allait souvent chez mes oncles et mes tantes. Du rosbif et du spaghetti… j’en ai mangé!

Puis un jour, tout a basculé. Il avait 40 ans. Je vous épargne les symptômes et les visites médicales parce que du haut de mes 2-3 ans, je ne me souviens pas de grand-chose. Mais je me souviens des nombreuses visites à l’hôpital puis un jour… quelques années plus tard, de ses premières expériences en dialyse. Les deux reins de mon papa avaient décidé de prendre une retraite prématurée. Le seul intérim trouvé pour les remplacer dans leur filtrage sanguin, c’était donc une machine sur laquelle papa devait se brancher environ 4 heures, 3 fois par semaine. Et ce, jusqu’à ce que les médecins trouvent un remplaçant permanent pour les deux retraités. Un greffon, quoi.

Eh bien, papa a été «chanceux»! Le remplaçant a vite été trouvé. À peine quelques semaines après sa première dialyse, les médecins lui ont effectivement transplanté un rein qui fonctionnait à merveille. Je mets «chanceux» entre guillemets, parce qu’à l’autre bout de cette chance, il y a la tristesse d’une famille qui a perdu un être cher. Une famille qui est peut-être relativement heureuse de pouvoir aider des gens dans le besoin grâce au don d’organe – personnellement, je le vivrais ainsi… je me dirais qu’au-delà de toute la douleur que je ressens face à la mort, prématurée ou non, de ce proche, je suis fière qu’il ait décidé de perpétuer la vie en signant sa petite carte! Mais une famille probablement très éplorée. Cela dit, avoir une greffe aussi rapidement, c’est très rare. Certaines personnes doivent faire 1, 3, 5, 10 ans… voire une vie complète de dialyse!

Avec cette greffe est donc venue une série de médicaments à prendre – antirejets, anti-douleur, anti-ci, pro-ça – des visites hebdomadaires à l’hôpital… et une bonne dose d’angoisses, de peurs, d’incertitudes, je crois… de ces émotions qu’on essaie souvent de «dissimuler» pour paraître «fort».

Ça change une vie. Mais pas autant que tout ce qui a suivi… et qui me fait dire que mon papa, c’est le plus fort!

Je vous descends ça rapidement, parce que sinon, WordPress risque de me charger pour utilisation excessive d’espace (!) et vous, vous allez croire que je vous ai copié-collé le scénario d’un remake de La foire aux malheurs, mais à saveur «médicale» (ou la maison devient métaphoriquement un corps…)…

1. Crise de coeur: CHEKED. Une première quelques années après sa greffe, puis d’autres par la suite. En 2001, les médecins ont fini par lui poser un Pacemaker.

Puis, entre 1995 et 2009, une suite incessante de maux (disons que le Larousse médical n’a plus de secret dans notre famille!): phlébites, embolie pulmonaire, kystes, hernies, péritonites, liquide dans les articulations, pose de cathéter, cataractes (pas de jalousie… les deux yeux ont été touchés!), zona, diabète (conséquence de certains de ses médicaments…), hémorragies internes, goutte (mais pas juste au gros orteil… il a réussi à avoir une attaque à la hanche et à la main), pontages, fractures (pied, hanche, 8e côte… alouette!), pierres dans la vésicule biliaire, diverticulites, décollement de la rétine, anévrismes à l’aorte, jaunisse, C Difficile, E.Coli, bronchites aigües, pneumonies, gastro sévères (pour éviter le rejet du rein, son système immunitaire a été forcé de prendre des vacances à vie…), cancer de la peau, choc septique… et j’en passe. Je me «rappelle» tous ces bobos parce que maman, tannée d’exercer sa mémoire pour répondre à «Quel est l’historique médical de monsieur» à chaque visite à l’urgence, a commencé à tenir un «catalogue des diagnostics» de papa… Je vous épargne le nombre de pages qu’a le document…

Mais ce n’est pas tout. Comme si l’accueil de ces nouvelles maladies par son corps ne laissait plus assez de place pour son greffon, ce dernier a lancé la serviette en 1997 et papa a dû recommencer la dialyse. Encore une fois… il a rapidement reçu un appel de l’hôpital: un greffon compatible venait d’arriver en salle d’op! 2e greffe.

Greffon qu’il a toujours, d’ailleurs, même si, je soupçonne qu’il «dort parfois sur la job»…

Mais ce que je tiens à mettre en valeur en cette journée de Fête des Pères, c’est que malgré toutes ces péripéties, parfois faciles à vivre, d’autres fois très éprouvantes tant pour le principal concerné que pour maman, mon frère et moi, mon papa a gardé espoir, s’est accroché à la vie…!

Et à tous les gadgets qu’il «magasine» et achète quasi-compulsivement ;-). Il s’est déjà commandé un GPS par internet, assis dans son salon… alors qu’il ne pouvait presque plus conduire! Et une caméra numérique tellement minuscule qu’à peine quelques heures après se l’être procurée il l’a détruite… en l’échappant dans sa tasse de café!

Ces temps-ci, je sais que c’est toutefois plus difficile pour lui… Suite à sa dernière hospitalisation, au printemps dernier, il a perdu quelques grosses plumes… et son équilibre. Résultat: il ne peut plus conduire sa voiture qu’il devra faire adapter (peut-être mon frère héritera-t-il d’un GPS) et sa nouvelle meilleure amie est une chaise roulante. Limité dans ses déplacements, le cul qui alterne entre son fauteuil et cette chaise roulante, il trouve la vie moins sexy je crois.

Heureusement, lui qui m’a initiée à l’informatique en nous achetant un Commodore 64 dans les premières années de ma vie, il a son petit portable avec lequel il communique avec ses proches, il joue aux cartes, il fait des casses-têtes, il trouve des articles sur l’Europe pour sa fille… Ses doigts ne plient plus ce qui rend le «tapage» et le maniement de la souris un peu compliqués, mais il en a vu d’autres…!

Aussi, comme ils font des marchettes à la fine pointe de la technologie et des chaises roulantes dignes d’un James Bond maintenant, ça lui donne l’opportunité de «magasiner» son prochain gadget…

Bref, malgré tout, malgré les jours difficiles, je crois qu’il ne lâche pas la patate. Quand je lui parle, je sens du bonheur tout au fond de sa voix à l’autre bout du fil. Le bonheur d’être en vie et de pouvoir rester en communication avec ses proches. Le bonheur qui efface d’un coup tous les malheurs. Le bonheur d’une vie bien remplie, malgré toutes les épreuves. Le bonheur de sentir une force s’exprimer et s’irradier à l’intérieur de lui. La force de vivre.

Merci papa de nous illuminer de cette force!

J’espère que par l’entremise de cet humble hommage à mon papa, mis maladroitement en mots, vous ressentirez sa joie de vivre. J’espère que j’aurai réussi à partager avec vous ne serait-ce que quelques parcelles de l’énergie vitale qu’il m’a inspirée et qu’il m’inspire encore.

Et je termine en soulignant l’impact qu’à eu une simple signature sur la vie de mon papa. À deux reprises, le fait que quelqu’un ait pris le temps de signer à l’endos de sa carte d’assurance-maladie pour consentir au don d’organe a permis à papa de continuer à vivre en ayant, malgré tout, une bonne qualité de vie. Parce qu’il a longtemps été impliqué dans A.G.I.R. (Association Générale des Insuffisants Rénaux), une association qui lui tient à coeur et – croyez moi – il a donc côtoyé des gens qui n’ont pas eu sa «chance» et pour qui l’hémodialyse fait obligatoirement partie de leur horaire, est devenue un «mode de vie»…

Je vous présente mon papa, qui porte fièrement un t-shirt non seulement fabriqué en Chine, mais aussi acheté en Chine par... moi ;-). Cette photo date d'il y a plus d'un an... N'empêche, encore aujourd'hui, il a le regard moqueur et le sourire aussi communicatif que sur ce cliché!

Je vous présente mon papa, qui porte fièrement un t-shirt non seulement fabriqué en Chine, mais aussi acheté en Chine par… moi ;-). Cette photo date d’il y a plus d’un an… N’empêche, même s’il a quelques livres en moins aujourd’hui, il a encore et toujours le regard moqueur et le sourire aussi communicatif que sur ce cliché!

P.S. C’est la fête des Pères… mais pour ceux qui se demandent si c’est difficile pour maman… je n’oserais répondre à sa place, même si j’ai l’impression que la réponse est «oui», parce que c’est difficile de voir les gens qu’on aime souffrir… Mais elle a de l’aide du CLSC, de la famille, d’amis. Et ça, je trouve ça vraiment chouette! Je tenais à le dire.

Publicités

juin 2009
L M M J V S D
« Mai   Juil »
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930  

Pendant ce temps sur Twitter…

Paperblog
Publicités

%d blogueurs aiment cette page :